9 juin 2017

Itadakimasu / Respect et bonnes manières à la table japonaise #1

Mise en bouche d'un dîner à Hakone

Je ne sais plus avec qui, mais dans une conversation récente, on m'a affirmé qu'il était autorisé et même apprécié de... excusez-moi... péter un bon coup à la fin du repas au Japon. Une bonne vieille légende culturelle que j'entends régulièrement.
Les voyages au Japon sont devenus beaucoup plus courants aujourd'hui, et on me demande souvent quelques conseils de coutumes et politesse à respecter au Japon. La notion de respect, ainsi que les codes de politesse étant infiniment complexes, on pourrait y consacrer un livre entier. Même plusieurs. Il suffit de faire un tour dans le rayon "politesse et étiquette" d'une librairie au Japon pour se rendre compte de l'étendue d'un sujet difficile à maîtriser pour la plupart des Japonais.
Mais pas d'inquiétude inutile. Si vous partez pour un séjour touristique, quelques règles de survie, à commencer par celles à table, devraient vous permettre de passer pour un "gaijin" (un étranger) bien comme il faut.
C'est parti pour le petit manuel des bonnes manières à table en plusieurs épisodes.

Hagama maintenu au chaud, chaudron à l'ancienne pour cuire le riz

Episode #1 / Itadakimasu

La formule "itadakimasu" prononcée en début de repas peut se traduire par "je reçois". Il n'y a pas de manière de souhaiter un "bon appétit" aux autres invités de la table.
La signification profonde de cette formule est tout à fait spirituelle. En la prononçant, on remercie humblement tout ceux qui ont participé à l'existence de ce repas. La personne qui a préparé le repas, mais aussi de manière plus abstraite, à l'agriculteur qui a cultivé ces produits et la nature qui y a donné naissance. Certains joignent les deux mains en même temps, mais ce n'est pas indispensable. Une petite inclinaison de la tête est suffisante.

En rouge: geste et parole. En bleu: parole.
En orange: geste. En vert: aucun des 2.

Pour l'anecdote, ma famille au Japon ne joint pas les mains. Il semble que la pratique de ce geste connaisse de grandes disparités régionales. Au niveau national, 64% de la population joint le geste à la parole, alors qu'environ 30% se contente de prononcer le mot. Certaines régions comme la préfecture d'Hiroshima dépassent les 90% de pratiquants du geste, alors que d'autres préfectures comme Iwate sont au contraire à 75% du "itadakimasu" uniquement. Des différences significatives dont les Japonais doivent difficilement s'expliquer...
La source de l'enquête se trouve ici.  Mais tout est en japonais.

Puisqu'il ne s'agit pas de s'adresser aux autres pour commencer le repas, on peut également prononcer un "itadakimasu" lorsqu'on est seul à table. J'y vois personnellement, le signe d'une spiritualité très ancrée dans la vie des Japonais, y compris dans leur quotidien. Un certain parallèle pourrait être fait avec le bénédicité chrétien, à la différence que c'est une formule de respect dépourvue de notion religieuse, que l'on adresse également à soi-même, avant de commencer un repas. La méthode japonaise pour "manger en pleine conscience".

"Itadakimasu" n'est pas que réservé à la table. On peut aussi s'en servir lorsqu'on réceptionne un cadeau.
Le verbe "itadaku" signifie en effet, recevoir, accepter. Sans rentrer dans les détails, c'est la formule polie, teintée de gratitude, de "recevoir".


Prochain épisode: on trinque à la japonaise!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...