29 septembre 2016

Pain indien chapati et dhal de lentilles / Escale-éclair en Inde


J'ai revu récemment avec grand plaisir "Slumdog millioniaire" et bien que le sujet du film n'ait rien à voir avec la cuisine, cela m'a donné une envie subite de plat indien.
Je n'ai jamais eu envie de visiter l'Inde. Ce que j'en sais ne m'attire pas beaucoup, excepté la cuisine peut-être. Probablement que ma seule et unique expérience indienne m'a vaccinée à vie contre tout désir de m'y rendre.

La seule fois de ma vie où j'ai foulé le sol indien, cela n'aura duré que quelques heures. C'était il y a bien longtemps, et malheureusement, le souvenir que j'en ai tient plus du traumatisme que de l'émerveillement.

Je devais avoir 4 ans. Ma mère, hôtesse de l'air à cette époque, nous emmenait ma soeur et moi, deux fois par an au Japon, laissant papa à la maison, en embarquant sur des vols de sa compagnie pour profiter des sièges libres en première classe ou en classe économique. L'aller vers Tokyo depuis Bruxelles prévoyait une escale à Bombay (Mumbai depuis 1995) en Inde. Les itinéraires aériens de l'époque étaient en effet longs et pénibles, les seules routes disponibles étant celle du Sud (escale en Moyen Orient ou en Asie du Sud ou Sud Est) ou celle du (Pôle) Nord qui passait par Anchorage en Alaska. Tout cela en raison de la Guerre froide et l'impossibilité d'emprunter la plus courte des routes en survolant la Russie et la Sibérie. Bref, je referme ici la parenthèse...

La (très mauvaise) surprise de l'escale à Bombay fut l'annonce de l'embarquement de la femme du commandement de bord. Les collègues de ma mère nous demandèrent gentiment de descendre de l'avion car nous étions "moins prioritaires" que la femme du commandement et que l'avion était plein à partir de Bombay. Les vaches, ils nous débarquent là, sans hébergement, sans savoir comment nous allions poursuivre notre voyage jusqu'à Tokyo, sans plan b, sans aide, ni aucun contact. Autant dire, une catastrophe pour une mère qui voyage avec deux enfants en bas âge, même si c'est une hôtesse de l'air qui a l'habitude de bourlinguer.

Voilà donc le souvenir que j'ai de l'Inde: le hall d'arrivée de l'aéroport de Bombay. Ma mère, en train de remplir les documents d'immigration. Ma soeur, bébé de moins d'un an, à quatre pattes, en train de ramper par terre, parmi des gens couchés à même le sol. Mes yeux d'enfant ne se souviennent que de la saleté, de l'odeur, de la maladie, de la pauvreté et de la misère.
Alors que ma mère terminait de remplir les documents et se demandait comment elle allait se sortir de ce très mauvais pas, un membre de la compagnie aérienne vint nous chercher de toute urgence car un siège de l'avion s'était libéré. Peu importe que nous fussions trois, ma soeur irait sur les genoux de ma mère et pour moi, les genoux d'une bonne âme feraient l'affaire.

On embarqua dans une voiture sur le tarmac de l'aéroport. Vite, vite, car l'avion était en standby, prêt à décoller. Je signale au passage que nous étions fin décembre et que j'étais partie de Bruxelles avec mon bon gros manteau d'hiver. Deuxième souvenir-flash: je grimpe dans la voiture et la portière se referme. Mais le bas de mon manteau reste coincé dans la porte. Je tire pour essayer de récupérer ce foutu manteau et qu'est-ce que j'ai chaud, qu'est-ce que je transpire! Ce n'est qu'un détail, mais il devait faire au moins 35 degrés à Bombay à cette période.

Et l'histoire n'est pas finie... Nous arrivons dans l'avion bondé. J'avoue ne plus me souvenir des genoux sur lesquels j'ai dû m'asseoir. Alors que ma mère s'apprêtait à se laisser tomber dans son siège, je la vis blêmir... "C'est une catastrophe... J'ai oublié le sac avec les affaires de mon bébé dans le hall de l'aéroport." Les biberons, le lait, la panade et les langes; dans la précipitation, tout était resté sur un banc de l'aéroport. Ce sac, je le vois encore: un sac en patchwork de tissus thaïlandais, hyper coloré, impossible de ne pas le voir ou de l'oublier... Là, j'ai vraiment cru que ma mère allait craquer, pourtant elle n'a pas pleuré. La suite est un peu plus floue mais une dernière image-flash m'apparaît: après un aller-retour de Superman entre l'avion sur le tarmac et le hall de l'aéroport, par je-ne-sais-quel moyen, le steward du vol passa la porte de l'avion, un grand sourire aux lèvres, avec le fameux sac en patchwork à la main.

On dit que les bébés indiens sentent le curry à leur naissance. Une cuisine si épicée, si puissante qu'elle se retrouve dans le liquide amniotique de la maman. J'aime bien ce petit fait quasi scientifique, car quoi de mieux que la cuisine pour voyager avec les papilles et découvrir les bons côtés de l'Inde. A mille lieues de mon expérience-éclair à Bombay...


Dhal de lentilles et poulet

C'est une recette inspirée de Jamie Oliver (Jamie en 15 minutes) mais largement simplifiée et peut-être pas très académique.
La recette originale ne contient pas de poulet. Il suffit de ne pas en mettre pour un plat végétarien.

Pour 4 personnes

1 oignon
1 gousse d'ail
1 morceau de gingembre de 2 cm
1 bouquet de coriandre fraîche
1 cuillère à soupe bombée de garam masala (mélange coriandre, cannelle, fenugrec, cumin, gingembre, muscade, aneth et fenouil)
150 g de lentilles vertes
2 belles carottes
200 g de filet de cuisse de poulet (je recommande, plutôt que des filets qui seront trop secs)
400 ml de lait de coco en boîte
Quelques pousses d'épinards (les miennes proviennent du potager, mais la récolte était un peu maigre)

  1. Epluchez les carottes et taillez-les en rondelles. Cuisez les lentilles à l'eau bouillante, en même temps que les carottes (une vingtaine de minutes). Egouttez-les.
  2. Emincez finement l'oignon, l'ail et le gingembre épluchés.
  3. Dans un wok, faites chauffer une cuillère à soupe d'huile et faites-y revenir l'oignon, l'ail et le gingembre. Ajoutez les épices garam masala et mélangez.
  4. Coupez le poulet en petits morceaux et ajoutez-les au wok. Faites revenir.
  5. Lorsque le poulet est cuit et légèrement doré, ajoutez les lentilles égouttées, ainsi que le lait de coco.
  6. Ajoutez les feuilles d'épinards et laissez mijoter quelques instants à feu doux. Avant de servir, parsemez de quelques feuilles de coriandre hachées. Les haricots de la photo ont été ajoutés en dernier (restes de la veille). ;-)



Chapati 

Pour 6 pains environ


50 g de farine blanche
50 g de farine semi-complète
une pincée de sel
8 cl d'eau

  1. Dans la cuve du robot, versez les farines, le sel et l'eau tiède chauffée légèrement (au micro-ondes par exemple).
  2. Pétrissez 5 minutes avec le crochet pétrisseur (10 minutes si vous pétrissez à la main). Ajoutez de la farine si la pâte est trop collante, un peu d'eau si elle paraît trop sèche.
  3. Terminez de pétrir à la main.
  4. Divisez le pâton en parts égales de la taille d'une balle de golf. Roulez chaque boule sur une planche en bois jusqu'à ce qu'elle devienne bien lisse.
  5. Aplatissez un peu la boule, puis roulez-la dans la farine. Remettez-la sur la planche et étalez-la à l'aide d'un rouleau, en la tournant régulièrement d'un quart de tour et en essayant de garder une forme bien ronde et d'obtenir une crêpe bien fine.
  6. Faites chauffer une poêle à feu moyen. Lorsqu'elle est bien chaude, placez-y un chapati pendant 10 secondes, puis retournez-le pour 10 autres secondes. Cuisez tous les pains de cette manière et réservez-les.
  7. Chauffez la poêle à feu fort. Passez les chapatis une seconde fois à la cuisson, pendant quelques instants, un par un, jusqu'à ce qu'ils gonflent comme un ballon.
  8. Pour le tour de main, j'ai regardé cette vidéo de 750 Grammes.



6 commentaires:

  1. Miam miam ça donne faim ! J'espère que ce repas t'aura donné envie de retourner en Inde, malgré ta mauvaise expérience ... C'est un si beau pays, qui mérite d'être découvert, avec ses habitants si chaleureux et qui, malgré leur misère extrême, ont le sourire ! En tous cas ça m'a donné envie de faire un dhal pour ce soir ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait! La cuisine est un bon moyen de faire un premier pas!

      Supprimer
  2. cette assiette me plait beaucoup je dois dire

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette histoire familiale émouvante et cette recette à tomber !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très heureuse d'avoir pu vous émouvoir avec mes souvenirs d'enfance!

      Supprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...